Monthly Archives: octobre 2011

40 propositions au profit de la sécurité routière

Malgré une baisse constante de la mortalité routière depuis quelques années, les pouvoirs publics n’entendent pas s’en contenter de manière parfaitement légitime. C’est en tout cas ce qui ressort des 40 propositions formulées par la mission d’information parlementaire sur la sécurité routière. Elle publiera très prochainement un document récapitulatif contenant toutes ses propositions mais celles-ci ont d’ores et déjà été évoquées succinctement au sein du Parlement. Il s’agit effectivement d’aboutir à un abaissement significatif du nombre de personnes tuées sur les routes hexagonales. A cet égard, le rapporteur de cette mission considère que l’application de toutes ces recommandations comportementales et réglementaires sont de nature à passer sous le seuil des 3000 tués routiers dès l’année prochaine ce qui représenterait une économie de vies humaines de l’ordre de 1000 au regard des statistiques actuelles de la mortalité routière en France.

Néanmoins, tout le détail de ces propositions évoquées aujourd’hui par Philippe Houillon qui est Député UMP du Val-d’Oise et rapporteur de cette mission d’information parlementaire sur la sécurité routière sera communiqué à l’issue de la rencontre prévue avec le Ministre de l’Intérieur qui aura normalement lieu le Mercredi 12 Octobre. Par ailleurs au surplus de la préservation de nombreuses vies humaines qui reste naturellement l’objectif prioritaire, cette évolution significative en matière de sécurité routière pourrait avoir un impact positif en matière d’assurance auto. Alors que les compagnies d’assurance considèrent qu’une tendance haussière des cotisations est à prévoir pour l’année 2012, elles pourraient être amenées à réviser cette estimation en cas de concrétisation effective des objectifs affichés aujourd’hui par la mission d’information parlementaire sur la sécurité routière. Il s’agirait d’un motif de satisfaction supplémentaire pour les assurés qui pourraient alors continuer à souscrire un contrat d’assurance auto pas chère en utilisant notamment un comparateur d’assurance auto. Enfin, il convient désormais de patienter quelques jours afin de procéder à l’analyse détaillée de toutes les propositions contenues dans ce rapport.

Prévention autour des pneus d’hiver

Alors que les températures ont été estivales en France jusqu’à la fin de la semaine dernière, il semblerait que Météo France prévoit désormais un retour à des températures de saisons. Dès lors à l’occasion de cette période automnale qui précède l’installation progressive de l’hiver, le Syndicat des Professionnels du Pneu ainsi que l’association Prévention Routière engagent une campagne de communication afin d’inviter les usagers de la route à réfléchir à l’opportunité de poser des pneus d’hivers sur leurs voitures. En effet, ces deux groupements considèrent qu’il convient d’anticiper ses besoins en la matière dès le passage à l’heure d’hiver au cours du mois d’Octobre. Il s’agit de recommandations fondées sur des raisons exclusivement sécuritaires dans la mesure où ces pneus neige permettent de bénéficier d’une meilleure adhérence routière et de capacités de freinage maintenues malgré la présence de verglas, de givre ou encore de neige. Il apparaît effectivement très fréquemment dans les rapports inhérents à l’actionnement d’un contrat d’assurance auto que ces problématiques soient soulevées pour expliquer la survenance d’un accident de la circulation.

Dès lors, il nous appartient de souligner la pertinence de cette initiative en raison notamment de son caractère anticipatif qui permet de laisser le temps aux usagers de la route pour prendre leurs dispositions. A cet égard, il est intéressant de citer les propos de Yann Blard qui est le Président du Syndicat des Professionnels du Pneu qui « s’est engagé à sensibiliser les automobilistes sur l’équipement de leur véhicule en pneus hiver lorsque les conditions météorologiques se dégradent. Conçu avec une gomme souple, à basse température le pneu hiver offre alors une meilleure sécurité ». De plus, il s’agit d’une précaution qui est de nature à réduire le risque d’actionnement de l’assurance auto jeune conducteur parce que les conducteurs novices sont souvent très perturbés par l’apparition de conditions de circulation hivernales. Au moment de la souscription d’un contrat d’assurance auto en ligne ou agence, la question de l’usage géographique du véhicule est d’ailleurs susceptible d’être posée car elle présente une influence directe sur le risque accidentel en raison de l’existence de conditions météorologiques parfois difficiles.

Assurance auto : la fréquentation limitée des agences

Dans le cadre d’une enquête réalisée par l’IFOP au profit du site HyperAssur et dont nous avons eu d’ores et déjà eu l’occasion de parler précédemment, il apparaît très clairement que les agences sont très peu fréquentées par les clients titulaires d’un contrat d’assurance auto. Il s’agit d’une information qui semble contradictoire avec la volonté de 80% des Français de souscrire leur contrat d’assurance auto au sein d’une agence assurance. C’est d’ailleurs ce qui explique probablement le succès mitigé de la vente en ligne de contrats d’assurance sur le territoire hexagonal dans la mesure où l’utilisation d’un comparateur d’assurance auto débouche que très rarement sur une souscription effective. Toutefois, cette tendance pourrait être amenée à évoluer au cours des prochaines années parce que l’opportunité de trouver une assurance auto pas chère compensera probablement un jour l’inconvénient de ne pas pouvoir rencontrer physiquement son prestataire d’assurance.

Par ailleurs, cette commercialisation en ligne de contrats d’assurance auto est également conditionnée à une évolution des moeurs car il est évident que les conducteurs novices ont aujourd’hui davantage tendance à se tourner vers cette possibilité.  En effet à l’heure actuelle, les automobilistes sont encore très attachés à l’idée d’une agence concrètement installée dans telle ou telle ville et au cœur de laquelle ils pourront trouver des interlocuteurs disponibles en cas de besoins. Malgré tout cette enquête démontre que « 38% des personnes qui se sont assurées dans une agence déclarent ne jamais se déplacer en agence pour rencontrer leur assureur, à part pour la souscription du contrat ». Afin d’atténuer le caractère contradictoire de ces résultats avec la préférence évidente des Français pour la souscription d’un contrat en agence, il convient d’indiquer que 40% d’entre eux rencontrent annuellement leur assureur. Enfin au-delà de ces statistiques très intéressantes, il s’agit surtout de comprendre que le marché de l’assurance auto est actuellement à un tournant que les compagnies d’assurance traditionnelles doivent s’attacher à appréhender avec vigilance car il pourrait potentiellement leur échapper en raison de son développement massif sur Internet.

Marché automobile Français en baisse en Septembre 2011

Si le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles publie généralement les statistiques inhérentes à la vente de voitures sur le territoire hexagonal le premier de chaque mois, cela n’a pas été le cas cette fois puisque leurs bureaux étaient naturellement fermés pendant le week-end. Néanmoins, ces chiffres ont été publiés aujourd’hui et confirment la tendance baissière du marché automobile Français conformément aux prévisions des spécialistes de l’assurance auto. En effet, les compagnies d’assurance assurant une distribution de contrats d’assurance auto en ligne ou en agences ont souvent une vision très claire de ce marché grâce aux liens évidents qui existent entre ces deux activités. A l’occasion de l’acquisition d’une voiture, il est effectivement obligatoire de souscrire un contrat d’assurance auto pour se déplacer sur les routes hexagonales en toute légalité. A ce propos, il est d’ailleurs intéressant de noter que la souscription d’un contrat d’assurance auto jeune conducteur est souvent plus onéreuse en raison de l’application des règles relatives au bonus malus automobile.

Par ailleurs s’agissant de la baisse enregistrée par le marché automobile Français, il convient d’évoquer plus précisément les chiffres dévoilés aujourd’hui par le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles : « En septembre 2011, avec 167 631 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en baisse de 1,4 % en données brutes et de 1,4 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à septembre 2010 (22 jours en septembre 2011 et 22 jours en septembre 2010) ». Ces résultats sont effectivement mauvais pour le marché Français de l’automobile même s’il convient de noter que les constructeurs Français se rattrapent pleinement à l’étranger. En effet sur le marché international de l’automobile, les constructeurs Françaises bénéficient d’une réputation solide qui leur permet de compenser les baisses constatées en France. Il s’agit certainement de la conséquence de la crise qui frappe actuellement tous les Français et des inquiétudes liées à son aggravation au regard des tensions extrêmes qui animent actuellement les marchés financiers.

Le succès relatif de l’assurance auto en ligne

Si l’utilisation d’un comparateur d’assurance auto est désormais entrée dans les mœurs pour la plupart des usagers de la route, la finalisation contractuelle est une toute autre affaire. En effet comme nous l’avons dans notre article de la veille, les Français ont majoritairement tendance à se tourner vers une agence physique pour souscrire un contrat d’assurance auto dans la mesure où cette démarche les rassure pleinement. Il s’agit effectivement de comprendre que la signature de ce contrat assurantiel ne représente pas un acte anodin puisqu’il s’inscrit totalement dans une logique de respect de la Législation en vigueur. Au même titre que l’assurance habitation, la souscription d’un contrat d’assurance auto est obligatoire en France à la lumière des dispositions impératives du Code des Assurances. Il dresse la liste de l’ensemble des véhicules terrestres à moteur soumis à ladite obligation de souscription d’un contrat d’assurance routière dont la finalité est naturellement la protection globale de l’ensemble des usagers de la route vis-à-vis d’eux-mêmes mais également des autres.

Toutefois malgré cette nette domination de la souscription en agences, certains usagers de la route osent tout de même souscrire un contrat d’assurance auto en ligne. Il s’agit souvent d’une démarche essentiellement motivée par l’opportunité de trouver une assurance auto pas chère au regard de l’inflation des tarifs constatés en la matière depuis l’année dernière. Cette tendance haussière devrait d’ailleurs se poursuivre en 2012 conformément à l’enquête réalisée par Europe 1 auprès des principales compagnies d’assurance établies sur le territoire hexagonal. En outre pour en revenir à l’enquête qui fait l’objet de notre article c’est-à-dire celle réalisée par l’IFOP au profit du site Internet HyperAssur, il en ressort que seulement 9% des assurés ont souscrit leur contrat d’assurance auto auprès d’un assureur accessible exclusivement en ligne. Dès lors, ce chiffre témoigne parfaitement des perspectives de développement qui existent encore s’agissant du marché en ligne de la souscription de contrats d’assurance routière.

Assurance auto : la prédominance des agences

Malgré l’opportunité de plus en plus grande de souscrire un contrat d’assurance auto en ligne, les agences d’assurance conservent une grande influence sur ce marché. Il est effectivement fort probable qu’en pratique les Français utilisent Internet dans l’optique de l’obtention d’une comparaison des prix mais concrétisent prioritairement leurs engagements au sein des agences assurantielles. En effet contrairement à la nouvelle génération qui n’hésitera pas à signer un contrat d’assurance auto jeune conducteur par le biais d’Internet, leurs ainés sont plus réticents pour plusieurs raisons complémentaires. Tout d’abord au regard du caractère obligatoire de la souscription d’un contrat d’assurance auto, les Français y attachent énormément de considération et ont probablement le sentiment de mieux se conformer à la Législation en vigueur en suivant un chemin plus institutionnel. En outre, le fait de pouvoir accéder à son agence d’assurance de manière physique constitue un motif de confiance assez fort notamment dans l’hypothèse de la survenance d’une problématique de quelque nature que ce soit.

Par ailleurs, ce constat s’explique également par le caractère parfois complexe du fonctionnement de l’assurance auto notamment en ce qui concerne le mécanisme du bonus malus automobile. Dès lors, le fait de pouvoir accéder à des informations ainsi qu’à des explications précises en direct grâce à la présence d’un conseiller est de nature à grandement rassurer les usagers de la route. Ainsi, il est intéressant d’évoquer l’enquête réalisée par l’IFOP au profit de HyperAssur puisqu’il en ressort effectivement que « 79% des assurés auto interrogés ont souscrit leur contrat dans une agence, dont 74% chez un assureur traditionnel ou une mutuelle et 5% chez un courtier ». Il s’agit d’une information très intéressante parce qu’elle illustre les difficultés éprouvées par les acteurs du marché de l’assurance auto en ligne pour conquérir de nouvelles parts de marché. Il est néanmoins fort probable qu’elles augmentent progressivement d’année en année comme cela a été le cas dans de nombreux autres secteurs d’activité par le passé.